Un poisson record en Corrèze !

Par Fred Startmains

Ceci n'est pas un poisson d'avril : nous avons appris, il y a quelques jours, la prise d’un poisson exceptionnel sur le barrage de l’Aigle en Corrèze. Un sandre aux mensurations incroyables, capturé par le pêcheur passionné Fred Startmains, de... 119,5 centimètres pour 18,42 kilogrammes !

Le record du monde en Corrèze ?

Il est difficile de trouver les véritables informations concernant les records mais, record du monde ou pas, ce sandre est un poisson trophée «hors norme», un véritable bijou de la nature. Fred nous fait l’honneur de nous raconter avec passion cet instant magique, qu’il a pu partager avec son fils de 19 ans le 9 mars 2021. 

Fred Stratmains, corrézien d’adoption de 48 ans, est cadre dans le bâtiment. Amoureux de la pêche et de la nature depuis tout petit, il consacre une grande partie de sa vie à la pêche des cyprinidés. En perpétuelle recherche techniques dans ses approches, il évolue au fil des ans jusqu’à atteindre des résultats presque inespérés. Aujourd’hui passionné des grands prédateurs de nos barrages, il atteind le rêve de tout pêcheur de carnassier avec cet incroyable sandre.

Une journée pêche pas comme les autres...

"Ce jour-là, mon fils et moi-même avions prévu une journée à deux sur le barrage de l’Aigle. A 6h00 du matin, alors que nous étions sur le point de partir, mon fils me fait remarquer l’étrange croissant de lune : il était rouge cuivre, ce qui, d’après les croyances populaires est signe de réussite, entre autres… [...] Je démarre le bateau et nous prenons la direction d’un de mes spots favoris.

[...] Nous arrivons tels des ninjas de l’eau, sans bruit. Le combat est d’une intensité sans précédent. Je pompe quelques mètres puis deviens à mon tour la victime de ce bras de fer. [...] La victoire n’est pas loin et malgré le manque de coups de tête lors du combat je ne m’attends pas à mon gros sandre tant espéré mais à un brochet démesuré. [...] C’est alors que ce précise à deux mètres sous la surface une ombre d’une longueur et d’une largeur à nous faire vibrer le cœur. [...] Puis l’ombre se met sur le flanc et là je n’en crois pas mes yeux de pêcheur. Ce n’est pas un brochet mais bel et bien un sandre ! 

[...] Nous le mesurons, prenons des clichés et le pesons avec le plus grand soin (ça ce sont mes habitudes de carpistes...). Après quelques gros bisous nous lui rendons sa liberté puis nous explosons de joie. Nous crions, nous sautons, nous nous serons dans les bras ! Quel bonheur !!! Nous ne pourrons jamais l’oublier !!!"

Téléchargez l'article intégral 

 

Voir tous les articles

Ces articles pourraient vous intéresser