Percez les mystères de la tourbière du Longeyroux !

Par sa superficie de 250 ha, son écosystème extraordinairement varié et préservé, ses paysages et sa qualité environnementale exceptionnels, la tourbière du Longeyroux est un site fascinant en même temps qu'un des fleurons du Parc Naturel Régional de Millevaches.

C'est aussi, pour le scientifique en herbe, l'amoureux de la nature ou le promeneur de passage, un émerveillement et une inépuisable source de découverte car, malgré ses 8 000 ans, cette vieille dame ne s'en laisse pas conter en gardant une activité débordante mais aussi quelques mystères à percer…

Une tourbière, mais qu'est-ce que c'est ?

On va faire simple : la tourbière du Longeyroux n'existerait pas sans des conditions naturelles très favorables liées à l'altitude (plus de 900 mètres ici), au climat frais et humide et à la présence d'une alvéole granitique imperméable, à quelques encablures du Mont-Bessou.

Ce milieu acide contrarie fortement la décomposition de la matière organique qui, morte, s'accumule dans le sol au fil des millénaires, formant la tourbe selon un processus très lent d'environ deux centimètres par siècle. Vous avez donc ici une production naturelle continue depuis 8 000 ans qui constitue aussi, sur deux mètres d'épaisseur, une mémoire végétale d'une exceptionnelle richesse !

En d'autres temps, la tourbe était extraite pour être utilisée comme combustible fossile par les habitants d'un plateau de Millevaches alors très peu boisé et pauvre en ressources. C'était donc "l'or noir du plateau" jusqu'au début du XXème siècle.

Une éponge étrangement peuplée… haut lieu de biodiversité !

Oui, on peut aisément comparer une tourbière à une grande éponge tant les sphaignes, ces mousses caractéristiques du milieu, absorbent et retiennent l'eau avec la particularité de mourir par la base quand elles ont suffisamment grandi… générant donc la fameuse matière organique.

La tourbière est aussi un extraordinaire et très spécifique écosystème végétal et animal, paradis pour des centaines d'espèces rares et très protégées telles les sphaignes donc, droseras, linaigrettes, loutre, circaète Jean le Blanc ou lézard vivipare…

Mais cette zone est fragile et bénéficie de plusieurs protections comme le classement NATURA 2000 ainsi que d'une gestion adaptée par le Conservatoire des Espaces Naturels.

Des balades au parfum de découverte et de légende…

Pour saisir les charmes et percer les secrets de la tourbière du Longeyroux, ne manquez surtout pas les deux superbes promenades proposées à renouveler au rythme des saisons.

1/ Le sentier des linaigrettes (boucle pédagogique de 1 km)

Au départ du petit parking surplombant la tourbière, on embrasse un panorama somptueux et une table de lecture introduit les lieux. Le sentier descend d'abord entre le mauve des bruyères et le rouge des sorbiers puis, arrivé dans l'alvéole, on rentre dans le vif du sujet en cheminant sur un caillebotis flottant littéralement sur notre grosse éponge (les sphaignes pour ceux qui suivent bien…). Les sensations sont garanties !

De nombreux supports pédagogiques ponctuent le circuit et ce milieu biologique n'aura bientôt plus de secrets pour vous, une jauge permettant même de mesurer la profondeur de la tourbe.

2/ Le sentier de la bruyère (boucle de 9 km)

Toujours au départ de notre parking et balisé par des bornes de granit gravées d'une bruyère, ce grand circuit contourne l'alvéole tourbeuse dans le sens anti horaire en offrant de beaux points de vue. Vous traverserez ainsi la Vézère juste naissante, au pied des Puy Pendu et du Longeyroux, et rejoindrez ensuite d'étranges blocs rocheux comme fossilisés au milieu de la lande, le légendaire "Site des Cent Pierres"

Le mystère s'épaissit et on ne résiste pas à vous conter la légende… Jadis, une bergère gardant son troupeau de vaches fut prise par un terrible orage. Ses bêtes pétrifiées par la peur restaient figées, ne trouvant même plus la force de retourner à l'étable et la pauvre bergère, rendue à implorer le diable, vit les vaches se transformer une à une en pierres…

Plus prosaïquement, un livret découverte est disponible aux Bureaux d'information touristique de Haute-Corrèze à Meymac et à Bugeat au prix de 1 €.

En savoir plus et faire une visite guidée...

Là encore, le Bureau d'information touristique de Haute-Corrèze à Meymac vous sera bien utile avec des visites guidées de 1h (départ du bureau), le mercredi de 10h à 12h en juillet-août et toute l'année sur rendez-vous pour les groupes.

Tarifs : 4 € par adulte et 3 € par enfant (+ 12 ans).

J'y vais !
 

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager avec vos amis !

Voir tous les articles

Ces articles pourraient vous intéresser