1.000 ans d'histoire aux Tours de Merle

par le merle gardien des Tours

Oyez oyez braves gens ! Je suis Merulam, le merle gardien des Tours.
Perché sur les vestiges d’une ancienne tour et témoin des évènements depuis près de 1 000 ans, laissez-moi vous conter la belle et mystérieuse histoire des Tours de Merle en Corrèze, au centre de la Xaintrie…

La cité de Merle ou l'histoire de 7 familles

Tours de Merle

Dans un paysage de forêts de la Xaintrie et de gorges profondes, la cité de Merle repose sur un éperon rocheux surplombant la rivière Maronne sur lequel s’est installée, dès le XIIème siècle, une première famille de seigneurs. Puis une deuxième, une troisième et… ainsi de suite !

A tel point qu’au XIVème siècle, sur le sommet du promontoire, on comptait pas moins de sept familles de seigneurs différentes. [Imaginez un peu l’organisation que ce devait être pour la fête des voisins…]

Sur près de trois siècles, les Tours se sont ainsi élevées, les logis agrandis et les familles de seigneurs succédées: les Merle, les Pesteil, les Veyrac, les Carbonnières, les Rochedragon et bien d’autres.

Tout ce petit monde vivait tranquillement dans les hautes tours et grands logis, se réchauffant au coin de gigantesques cheminées lors des longues soirées d’hiver. Les dames appréciaient la nature et le spectacle qu'elle offrait, observant les merles enchanteurs, assises confortablement sur des banquettes attenantes aux grandes fenêtres à meneaux. Comble du luxe pour l'époque : des latrines dans les étages. La vie y était assez chouette ! Et c’est un merle qui vous dit ça…

Tous ensemble, dans la joie mais pas toujours l’harmonie (demandez à sieur Carbonnières si vous le croisez en chemin…), les lignées familiales constituèrent une vaste co-seigneurie, particularité du site des Tours de Merle.

Bien que nombreux, les seigneurs n’étaient pas seuls : en contrebas de l’éperon vivait une centaine de villageois, travaillant sans relâche les terres alentours pour vivre et satisfaire les besoins de leurs maîtres. En observant bien, vous pourrez apercevoir les vestiges de ces maisons villageoises s’étendant jusqu’aux abords de la rivière.

Les nouveaux seigneurs des Tours de Merle

Laissez-moi deux minutes, je prends mon envol pour aller me poser sur la façade du majestueux « Hôtel aux Sept écus ». J’entends un visiteur arriver.

Les temps ont passé, les seigneurs ont déserté les Tours puis je suis resté là, longtemps, très longtemps à attendre que de nouveaux seigneurs arrivent. Et ils sont arrivés. Dans de nouvelles charrettes faites de métal et de caoutchouc. Ils viennent nombreux découvrir l’histoire des Tours de Merle, de leurs illustres habitants et leurs secrets. Ils immortalisent même leurs souvenirs dans de petits boîtiers fort pratiques qui ont remplacé les pinceaux et les parchemins d’autrefois.

Libres ou suivant d’un pas sportif les guides passionnés(ées), ces nouveaux seigneurs d’un jour sont invités à faire un bon de plusieurs siècles dans le passé mais aussi à profiter de cette merveilleuse parenthèse nature qu’offre le site des Tours de Merle.

Une vraie mise au vert, je vous le garantis !

Mais au fait, pourquoi les appelle-t-on les Tours de Merle ?

Trois hypothèses pourraient expliquer pourquoi les Tours de Merle se nomment ainsi :

1- Le latin

Mon explication préférée, celle qui consiste à dire que c'est parce nous étions très nombreux avec mes ancêtres à voleter dans le coin dans des temps plus anciens. Aussi la réponse se trouverait dans le latin et cette merveilleuse espèce d’oiseaux enchanteurs dont je fais partie. 

Sens commun
                MERULA, AE, f
                               accusatif singulier
                                               1 siècle avant J.C.VARRO (Varron)
                                                               merle n. m : oiseau voir : merle

2- Encore le latin

La deuxième explication serait aussi liée au latin mais aussi et surtout à l'environnement des Tours. Il faut savoir que le site des Tours de Merle se faisait appeler "Merulam" durant le Moyen Age. Replongeons un instant dans nos cours de latin, remettons-nous en jambe avec une petite déclinaison fort sympathique « rosa, rosam, rosae » et intéressons-nous enfin au mot « merulam ». « Merulam » a  donné le mot « merlon », un élément des créneaux que l’on retrouve dans les fortifications médiévales. Il pourrait se traduire par « habitat naturellement fortifié ».

Et en effet,  lorsque vous arrivez à l’entrée du site des Tours de Merle, vous découvrez ce grand éperon rocheux qui se dresse devant vous de toute sa hauteur, encerclé par le méandre de la Maronne et la rivière qui coule en contrebas.

Une véritable forteresse naturelle en Xaintrie !

3- Le nom de famille 

Enfin, la dernière hypothèse et somme toute plus simple des explications : le nom de la famille Merle, la première à avoir habité le site…


Petits et grands,  je vous attends du haut de mon rocher pour que vous puissiez vous-même vous faire votre avis… Et si vous levez les yeux au ciel, peut-être m’apercevrez-vous, survolant les Tours en compagnie de mes amis et voisins, à plumes et à poils : hirondelles de rochers, grands corbeaux, milans royaux et faucons pèlerins. Les plus aventureux d’entre vous pourront même guetter, à la tombée de la nuit, mes grandes amies les chauves-souris !

Découvrir les Tours de Merle  

 

Ce récit n'est que pure fiction, il vous est raconté par Graziella, guide aux Tours de Merle pour la saison. Toute ressemblance avec des personnes existantes serait fortuite.

Voir tous les articles

Ces articles pourraient vous intéresser