Charlie Touche, champion de France de pêche

Spécialité pêche aux carnassiers

Il y a quelques semaines, le corrézien Charlie Touche remportait le prix de champion de France de pêche aux carnassiers.

Rencontre avec ce passionné de toujours... 

Qui es-tu ?

Charlie Touche, chargé de développement du loisir pêche au sein de la Fédération de pêche de la Corrèze et moniteur-guide de pêche indépendant.

Féru de pêche depuis mon plus jeune âge, je passe aujourd’hui la quasi-totalité de mon temps libre au bord de l’eau. Après avoir pratiqué de nombreuses techniques, je me suis spécialisé dans la pêche des carnassiers aux leurres, essentiellement en bateau où chaque poisson pris est remis à l’eau. Pas question de tuer mes partenaires de jeu ! 

La pêche est un loisir qui permet de se ressourcer, d’oublier les tracas du quotidien, d’être en lien direct avec la nature et de partager des moments simples de la vie entre amis. Le tout, dans des cadres magnifiques au milieu de la faune et la flore sauvage. 

Mais ce loisir est également un sport qui se pratique en compétition. Je le pratique depuis plusieurs années sur le circuit D1 pro-élite de la Fédération Française de Pêche Sportive Carnassier. J'ai eu la chance de monter sur la plus haute marche du podium en 2019 avec mon coéquipier Romain Le Moigne. Ce titre de champion de France est la récompense de nombreuses concessions et d’un nombre d’heures incalculables passées sur l’eau !

En parallèle, j’exerce la fonction de directeur sportif national du championnat de France bateau à titre bénévole. Ma mission est de développer les championnats régionaux et nationaux (format de compétition, règlement, calendrier, résultats…).

J’ai aussi créé un club en Corrèze que je préside : Pêche Corrèze Compétition. L’objectif de cette association est de permettre à ceux qui le souhaitent de pratiquer la pêche en compétition mais aussi en loisir. Des sorties pêche sont organisées régulièrement dans notre département et ailleurs.

Pourquoi venir pêcher en Corrèze ?

Je commence à bien connaitre le territoire halieutique français. J’ai eu l’occasion de pêché un peu partout dans ce pays. Mais la Corrèze est incontestablement une des plus belles destinations.

Nous avons 19 lacs de barrage pour une superficie de 4000 ha !

Le plus compliqué le matin avant une journée de pêche est de décider où aller… Non seulement il y en a beaucoup mais en plus ils sont poissonneux et diversifiés. En fonction des périodes de l’année et des poissons recherchés, plusieurs possibilités s’offrent à vous.

Des barrages de plateau peu profonds et faciles à pêcher en passant par les barrages de gorge très profonds et très encombrés (forêts immergées) jusqu’à la rivière Dordogne en aval d’Argentat et la Vézère en aval d’Uzerche, il y en a pour tous les goûts et toute l’année.

D’ailleurs, la pêche aux leurres et au vif ou mort est autorisée toute l’année sur la plupart des lacs corréziens. Il va de soi que les espèces capturées accidentellement durant leurs périodes de fermetures (sandres, brochets, truites et black-bass) doivent être remis à l’eau.

L’outil Niv’eau, développé par EDF et la Fédération de pêche de la Corrèze, a révolutionné la pratique de la pêche sur les barrages. Aujourd’hui, nous connaissons en temps réel les niveaux et l’accessibilité des mises à l’eau.

Les percidés sont certainement les plus représentés sur les barrages mais le brochet est très présent où les poissons trophées (plus du mètre) ne sont pas rares.

Pour les amateurs d’eaux courantes, la rivière Dordogne offre la possibilité de pêcher la truite dont de très grosses mais également de jolis brochets très puissants.

Attention, la navigation motorisée (même à l’électrique) est interdite dans notre département ! 

La ressource en carnassiers est importante mais pas inépuisable. Je conseille donc à tous les pêcheurs d’opter pour un prélèvement raisonné, c’est l’avenir de notre passion qui est en jeu. Le quota journalier de trois carnassiers est déjà trop important. Garder un poisson de temps en temps parait beaucoup plus convenable.

Bref, pour conclure ce paragraphe je dirai que la Corrèze est un paradis pour les passionnés que nous sommes.

Des conseils aux pêcheurs ? 

Tout d’abord, il faut toujours se dire qu’il y a du poisson et qu’il y a toujours une solution pour en attraper ! Encore faut-il la trouver…

La première chose à connaitre est le comportement des poissons. Dans quel habitat vit-il, où et comment se nourrit-il ? Si l’on connaît les réponses à ces questions c’est déjà une bonne chose.

Après il faut s’adapter en fonction de la période de l’année et des poissons recherchés. Par exemple, les brochets sont généralement près des bordures dans les obstacles entre mai et octobre, puis ils descendent en profondeur lorsque l’eau se refroidit. Chaque espèce a ses spécificités en fonction de son biotope et de la saison. Si vous cherchez les perches en plein hiver en surface, vous risquez de passer une mauvaise journée car, en cette période, elles vivent dans les profondeurs.

Ensuite, il est indispensable d’avoir un équipement adéquat. Une embarcation est plus que recommandée sur la plupart de nos lacs et l’utilisation du sondeur également. Ce dernier est nécessaire pour trouver des habitats et connaître la profondeur.

En ce qui concerne le matériel, il est important d’employer des cannes adaptées aux leurres et surtout d’être à l’aise en fonction de sa morphologie.

Ensuite, il faut trouver la technique qui va déclencher l’attaque des poissons. Les jours où les carnassiers sont en phase d’alimentation, il n’y a aucun problème pour les prendre mais, malheureusement, ou heureusement d’ailleurs, ce n’est pas souvent le cas. C’est dans ces moments plus difficiles que la technique, la technologie et l’expérience entrent en jeu. Les vibrations, les couleurs, les grammages de nos leurres seront très importants. 

La pêche n’est pas une science, ce qui est vrai un jour ne l’est pas forcément le lendemain. Il faut chercher, observer et savoir être réactif. Le secret pour moi est simplement d’aller à la pêche. Plus vous irez et plus apprendrez des choses. En gros, on peut considérer que le début de saison (mai/juin) est plus propice au brochet que de novembre à mars, plutôt sandre et perche toute l’année. Le silure, qui arrive dans tous les lacs, mord davantage en saison chaude.

Prendre les services d’un guide de pêche peut être un très bon moyen pour se lancer dans cette traque des carnassiers.

Tes coups de coeur ? 

Mes sites favoris sont le Chastang et Hautefage pour les barrages de gorge et Viam et Neuvic pour les barrages de plateau.

Des hébergements labellisés pêche sont à votre disposition à proximité de ces sites : Les chalets du bord du lac à Neuvic, L’Espace Millesources à Bugeat, Le Voyageur à Saint-Martin-la-Méanne et le Domaine de Meilhac à Hautefage entre autres.

Merci infiniment à Charlie pour nous avoir accordé un peu de son temps pour cette interview ! 
 

Voir tous les articles

Ces articles pourraient vous intéresser