Dans les entrailles d'un géant de pierre au château de Ventadour !

"Sire, toute la paille de votre royaume ne comblerait pas mes fossés de Ventadour".

Le Duc de Ventadour s'adressant à Louis XVI en ces termes restés célèbres ne pouvait pas mieux planter le décor et résumer l'extraordinaire situation de la forteresse.

Dans un site majestueux et dans une parfaite harmonie minérale et végétale, 900 ans d'une trépidante histoire vous contemplent fièrement car la visite du château de Ventadour est non seulement une superbe flânerie le nez au vent mais aussi une invitation à feuilleter le grand livre de l'histoire de France avec option Moyen Âge obligatoire !

Des visites guidées et des animations tout l'été

En arrivant d'Egletons, nul risque de se perdre car la forteresse est bien indiquée. A peine engagé sur la petite route après le village de Moustier-Ventadour, les ruines imposantes et dominantes surgissent et l'impression de puissance se dégageant des lieux frappe immédiatement le visiteur. Le parking, aménagé juste ce qu'il faut, est agréable et on se dirige facilement vers la petite maison d'accueil située à mi-pente.

On choisit donc sa visite libre (avec support en français et langues étrangères) ou guidée avec aussi un livret jeu-énigme spécial enfant (c'est ça aussi La Corrèze en famille !) .

On en profite aussi pour jeter un œil à la petite boutique où adultes et enfants trouveront chacun leur bonheur avec livres, produits locaux mais aussi épées, boucliers ou figurines de chevaliers… Des costumes "d'époque" sont même à disposition. 

Outre les visites, assurées par l'office de tourisme intercommunal avec le Pays d'Art et d'Histoire, des chasses au trésor (prochaine et dernière le 15 août) et des séances de tir à l'arc (tous les jeudis jusqu'au 23 août) sont également organisées sur place ainsi que diverses animations comme des concerts ou soirées thématiques...


En savoir plus sur le programme

Une passionnante escapade médiévale

Notre guide Cédric invite le petit groupe constitué à le suivre et on rentre aussitôt dans le vif du sujet par la souricière donnant sur la barbacane. On apprend que Ventadour vient de Ventadorn qui signifiait "éperon rocheux" et à presque 600 m d'altitude, l'observatoire sur le plateau de Millevaches et les sauvages gorges environnantes est en effet de toute beauté.

Les ruines sont vraiment impressionnantes et les dimensions du château, 150 mètres par 30 mètres, en faisaient un géant du Moyen Âge avec des logis seigneuriaux parmi les plus vastes du Bas-Limousin ! 

L'occupation du site remonte au XIème siècle mais les plus anciens vestiges visibles datent du XIIème siècle sachant que les innombrables phases de construction se sont achevées au XVIème siècle avec l'extension de l'aile Sud-Est.

Le groupe est sympa et passionné et la visite de Cédric n'en est que plus agréable. Il est imprenable (lui aussi) sur l'histoire mais connaît également très bien la Haute-Corrèze et ses différents aspects environnementaux.

Un "nid d'aigle" imprenable… ou presque

Ventadour était une des 4 grandes Vicomtés du Limousin et régnait sur un vaste territoire à l'Est corrézien composé des villes d'Egletons et d'Ussel. Après un XIIe siècle flamboyant sous la conduite de Ebles II Lo Contador (cf. § suivant), les choses se gâtent sérieusement au siècle suivant sur fond de guerre de Cent ans et de conflit avec les anglais. 



Avec ses profonds fossés, ses flancs escarpés, ses hauts remparts à machicoulis, sa tour Saint-Georges (et ses oubliettes) ou son impressionnant donjon carré, le château de Ventadour est très bien paré contre les assaillants et résiste parfaitement jusqu'en 1379.

Mais les bonnes choses ont une fin et Geoffroy Tête Noire, un baroudeur à la solde des anglais, l'assiège et le fait tomber par la ruse. Il y restera onze ans et aura même le culot de se faire enterrer dans la chapelle des lieux…

La suite sera plus apaisée avec un château qui va se remodeler et s'embellir au fil du temps.

Bernard de Ventadour, le Troubadour chantre de la Fin'Amor

Le XIIème siècle, grâce notamment au Vicomte Ebles II Lo Contador, fût une sorte de "Siècle des Lumières" au château de Ventadour qui devint un foyer de création artistique très important rayonnant dans tout le royaume et même au-delà. 

Ce fût donc le temps des Troubadours ("trouveurs de vers" en Occitan), poètes lyriques chantres de l'Amour Courtois - Fin'Amor -  qui rivalisaient d'inspiration et de créativité au travers de leurs œuvres.



Bernard de Ventadour, un des plus grands poètes du Moyen Âge né au pied du château, prononçait ainsi ces doux mots en courtisant Aliénor d'Aquitaine :

"Quan la douss' aura venta, deves vostre païs, vejaire m'es qu'eu senta un ven de paradis"
(Quand le doux souffle vente, de vers votre pays, me semble que je sente un vent de paradis).

Un destin tragique… mais une résurrection touristique

Comme beaucoup de châteaux, la Révolution met à mal Ventadour avec ensuite une longue période où la forteresse est vouée à la démolition avec des dommages importants. Elle devient ni plus ni moins une carrière de pierres pour de nombreuses constructions dont les villages environnants sont un témoignage. 

Et même si Prosper Mérimée passe par là avec un premier classement Monument Historique sur la liste de 1840, il faut attendre les années 60 pour que des chantiers de restauration se mettent vraiment en oeuvre et dégagent le site de l'emprise de la végétation. 



Mais le château de Ventadour tient enfin sa revanche sur les assauts du temps avec, à la fin des années 90, la visite "coup de cœur" de la ministre la culture qui va entraîner un vaste programme de cristallisation des ruines dans un objectif urgent de préservation et de conservation. 

Ce sont les derniers soubresauts d'une histoire passionnante que l'office de tourisme intercommunal ne demande qu'à vous faire découvrir au travers d'une vraie politique d'accueil et de valorisation touristique déployée sur le site.
 

J'y vais !
 

Les conseils de Gilles 

Voir tous les articles

Ces articles pourraient vous intéresser

#ZECORREZE

Rejoignez-nous sur instagram